AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Archives : Berry Match - Mars 1457 (Berry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarJune

Messages : 518
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 24
Localisation : Dans la lumière du swag.
MessageSujet: Archives : Berry Match - Mars 1457 (Berry)   Mer 9 Oct 2013 - 17:12

Citation :
[hrp]Ce RP journal est, au même titre que celui sur la blondinite, un délire à prendre au 943° degré d’humour. Toute mention de personnes, de lieux, de faits politiques ou religieux ayant, par le plus grand des hasards hautement improbables un lien avec la « réalité » des RR ne serait que pure coïncidence. Je tiens à préciser qu’aucun poulpe n’a été blessé durant l’écriture de ce RP, et que les deux principaux intéressés ont donné leur accord avant publication. [/hrp]
Papa Radzi a écrit:


N°7326, mars 1457

TURENNE, OU LA SORTIE DE L’HÔTE PERPÉTUEL DE L’ABBAYE DE NOIRLAC.



Sommaire

- Editiorial
- Turenne, toute la perfection réunie en un seul homme.
- Turenne, le pourquoi de la retraite.
- Turenne et Ysandre : L’absence et la patience.
- Enquête à Noirlac : Toute la vérité sur les contacts secrets du couple pendant la retraite du marquis.
- Turenne, ou comment payer deux fois et demie ses impôts en indemnités de retard.
- Petites annonces





Page I
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ÉDITORIAL :


L’abbaye de Noirlac


Souvenez-vous !

[…] C’était il y a très, très, très longtemps. En ce temps-là il y avait l’abbaye de Noirlac. D’un côté de l’abbaye de Noirlac il y avait les Gibis qui passaient tranquillement leur temps à peindre la campagne et à chanter. De l’autre côté de l’abbaye de Noirlac il y avait les Shadoks qui passaient leur temps à guerroyer contre les arbres et les petits cailloux. Et tout le monde, apparemment, était content.

Au début de notre histoire, nous vous l’avions promis, les Shadoks et les Gibis devaient arriver à l’abbaye de Noirlac. Et bien, les y voilà !
Et notre histoire pourrait s’arrêter là. Comme dans les belles histoires, on finirait en disant qu’ils furent heureux et qu’ils vécurent longtemps, que tout allait pour le mieux dans la meilleure des abbayes possibles, mais ça serait vraiment trop abuser de votre crédulité. Car, pour ne rien vous cacher, c’est juste au moment où notre histoire allait s’arrêter, que les vrais embêtements pour les uns comme pour les autres allaient commencer.
Figurez-vous qu’un jour, les vaillants Shadoks s’apprêtaient comme d’habitude à livrer bataille à un ennemi très supérieur en nombre et ils sonnaient du cor pour l’effrayer. Et puis, tout à coup… ce fut la bête ! La terrible bête qui, en ce temps-là, était retraitée à l’abbaye de Noirlac, et les Shadoks, ces marauds là, l’avaient réveillée.

Elle répondait, la bête, au joli nom de Turenne, ou à n’importe quel autre nom d’ailleurs mais, en général, il valait mieux ne pas l’appeler.
Quand on vous disait que les vrais embêtements allaient commencer, vous vous rendez bien compte que ce n’était pas uniquement une façon de parler. Alors, notre histoire finira plutôt comme ceci :

C’était il y a très, très, très longtemps. En ce temps-là il y avait l’abbaye de Noirlac. D’un côté de l’abbaye de Noirlac il y avait les Gibis. De l’autre côté de l’abbaye de Noirlac il y avait les Shadoks. Entre les deux il y avait Turenne, la bête qui les embêtait.
Les Shadoks et Gibis virent bien au bout d’un certain temps qu’ils ne pourraient pas vivre longtemps dans une abbaye avec un Turenne comme ça, alors ils décidèrent, les uns et les autres, d’aller ailleurs sur Terre, où il n’y avait pas de Turenne du tout. […]


Et c’est là que les Saint-Aignanais s’en atteignanirent : Turenne et Ysandre, ou pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.


Page II
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


TURENNE, TOUTE LA PERFECTION RÉUNIE EN UN SEUL HOMME.

[size=18}Turenne de la Tour Saint Arnault, Marquis d’Aubigny, Baron d’Asp ;[/size] dit le Sybarite, dit le charmeur de ces belles ; dit le protecteur de la veuve et de l’orphelin ; ancien juge en Cour d’Appel du Royaume de France ; ancien conseiller ducal et ancien magistrat en Orléanais ; ancien conseiller ducal et ancien magistrat en Languedoc ; ancien conseiller ducal, ancien chancelier, ancien conseil au commerce, ancien connétable, ancien juge et ancien porte parole en Berry, ancien ambassadeur en Artois, ancien ambassadeur en Bourbonnais-Auvergne, ancien ambassadeur en Bourgogne, ancien ambassadeur en Champagne, ancien ambassadeur en Franche-Comté, ancien ambassadeur en Savoie auprès du Berry ; ancien conseiller municipal de Saint-Aignan, ancien tavernier municipal de Saint-Aignan ; gagnant du concours Mister Saint-Aignan ; Cofondateur , ancien Sénéchal, ancien Commandeur, ancien Chevalier de Justice, ancien membre du Haut Conseil, ancien ambassadeur auprès des Guildes et Ordres du Royaume de France, ancien Grand Maître de secours en temps de complots et cabales de l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Jérusalem ; Chevalier dans la lance royale durant la seconde bataille d’Azincourt ; se rêvant souvent haranguant les foules et sauvant le royaume ; […] et bien sûr, fiancé de la bien connue de nos lecteur Ysandre de Mistra, Duchesse de Chantôme, est né en des temps immémoriaux, à peu près au moment où Aristote décida de créer les hommes. Personne à part lui n’est d’ailleurs là pour s’en souvenir.

Turenne est un homme hors du commun :

Turenne ne se réveille pas quand le soleil se lève. C’est le soleil qui se lève lorsque Turenne a assez dormi.

Turenne ne peut être taché par la boue. C’est la boue qui s’écarte devant Turenne, de peur de le tâcher.

Le hasard fait bien les choses. Turenne fait bien le hasard.



Turenne, défenseur de la veuve et de l’orphelin. Mais surtout des orphelines…


Turenne n’est pas tombé amoureux, car Turenne ne tombe pas. C’est l’amour qui vient le chercher, et qui est venu en la personne d’Ysandre de Mistra, qui elle, lui est tombée dans les bras.

Turenne est Roy à la place du Roy. Simplement il ne le lui a pas dit pour ne pas lui faire de peine.

Il n’y a qu’une seule merveille au monde : Ysandre. Les autres étaient jugées indignes de ce qualificatif, aux yeux de Turenne.

Le Domaine Royal n’est pas neutre. Il attend juste de savoir de quel côté Turenne se situe.

Turenne a entrepris une réforme des lois :
Article 1 : Turenne a toujours raison.
Article 2 : Quand Turenne a tord, se reporter à l’article 1.

Quand Turenne cueille une rose face au vent, le vent change de direction.

Turenne a inventé le fil à couper l’eau tiède.
Pourquoi couper l’eau tiède avec un fil, me direz-vous ? Ce à quoi je vous répondrai que certain coupent bien leur eau avec du vin, geste bien banal pour tout boulasseux qui se respecte. Mais couper l’eau tiède avec un fil, alors là, c’est tout un savoir-faire qui est en œuvre. Déjà, représentez-vous ce qu’est l’eau tiède. C’est de l’eau, ni chaude, ni froide, à une température quelque part entre le froid et le chaud. Je précise donc, pour ceux qui n’y comprendraient pas, et qui peuvent passer directement à l’article suivant car rien ne sera plus sombre que l’explication à suivre bien que nous parlons d’eau claire ; je précise donc, écrivais-je, que l’eau tiède est plus chaude qu’une eau froide, mais tout de même plus froide qu’une eau chaude. À moins qu’en ne vous disant que l’eau tiède est moins froide que l’eau froide, et en même temps moins chaude que l’eau chaude, cela ne vous apportât l’illumination. Mais ! Il y a un mais, la compréhension en eut été diantrement trop aisée, sinon. En effet, si le tiède n’est ni chaud ni froid, c’est bien qu’il est un peu des deux quand même. Et l’on doit être capable de mesure la tiédeur. D’où l’invention de ce fil qui permet, ô miracle, de séparer le chaud et le froid d’une eau tiède. À noter que le fil peut être remplacé par le furet, cette gentille bête avec des graduations sur le dos. J’en vois déjà certains, qui, au furet à mesure de l’avancement de cette explication délicieusement claire-obscure, tournent de l’œil. Revenons en alors à notre eau tiède. Si le terme tiède désigne ce qu’il a déjà été expliqué, un tiède n’est pas forcément identique à un autre tiède. Un tiède à égale température entre le froid et le chaud (qu’on peut aussi déterminer mais là on en a pour la semaine, et je n’ai pas que ça à faire) peut être considéré comme un tiède moyen. D’autre part, un tiède aux trois-quart froid pourra être un tiède mi-froid. Du côté chaud, ce sera un tiède mi-chaud. On trouve aussi le mi-cho-ko, mais ça, c’est une autre histoire. Il est bien entendu possible d’encore affiner, mais l’explication n’en sera que plus pointilleuse, et seuls les érudits assimileront ce qui va suivre. En effet, nous devons introduire un élément totalement nouveau qui facilitera grandement la compréhension : la décomposition en quart de huitièmes. Si je vous demande ce qu’est le mi-quart de huitème chaud froid froid, qui va trouver ce que c’est ? Demandez à Turenne pour avoir la réponse. Et ce fil permet de séparer le tiède en chaud et froid, tout simplement. On pourrait continuer aux seizièmes, ou même plus loin, mais je vois que ça commence à vous gonfler grave, alors passons à la suite.

Si Turenne dort avec une chandelle allumée, ce n'est pas parce qu'il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.

Si Turenne est en retard, le temps a intérêt à ralentir.

Turenne est irrésistible. Ne demandez pas pourquoi, il l’est, c’est tout.

Si le nez d’Ysandre avait été différent, la face du Berry en eût été changée. Si le nez de Turenne avait été différent, la face du monde en eût été changée.



Turenne recevant l’illumination. On ne sait pas laquelle, mais il l’a reçue.


Turenne ne ment pas, c'est la vérité qui se trompe.

Un jour, Turenne a dit : « Va voir à Noirlac si j’y suis »… Et il y était.


Page III
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TURENNE : LE POURQUOI DE LA RETRAITE

Turenne a brusquement choisi de partir en retraite, coupant toute vie avec le monde qu’il connaissait, et qui le connaissait. Sur le moment, personne n’a compris. Mais nous avons fait notre petite enquête.

Si Turenne est parti en retraite, c’est pour faire fortune, bien évidemment. Mais très certainement aussi pour trouver un havre de paix, et aspirer à la tranquillité, loin du brouhaha de la ville, de la politique et de ses domaines : rechercher le silence.
Plusieurs indices :

On n’achète pas Aristote, on peut seulement le louer. Par contre, Aristote rachète les péchés. Et des péchés, Turenne en aurait eu à revendre.

La parole est d’argent, mais le silence est d’or.

Le silence, c’est un peu comme une retraite, on vous condamne au silence, on vous réduit au silence, on vous met au silence, et bizarrement parfois on s’y enferme soi-même. Dans ces moments là, comme le silence est d’or, la retraite est dorée.

Aux abords des salles de prières, on plante des panneaux « salle de prière, silence » , sans doute parce que les grandes prières doivent rester muettes.

Le silence est un puit profond et quand la vérité en sort, elle fait grand bruit.

Certains ecclésiastiques feraient bien par moment d’observer un silence religieux.

Le bruit, c’est l’arrêt des anges. Au silence, les anges passent.

Si le bruit court, le silence a du mal, lui. Il pèse.

Nous rêvons tous d’un Roy diplômé de Silence-Po.

Heureusement au bord des océans de bruit, il y a encore quelques plages de silence.

La calomnie est un faux bruit, un bruit auquel on aurait mis un silencieux. À l’origine de la calomnie, une langue de vipère déguisée en langue de carpe.

Le silence, on s’y laisse aller, insouciant ça lance et ça lasse, il y a des silences licencieux et aussi salaces, des silences si lisses qu’on se laisse enlacer. Hélas on s’y enlise, ça saoule les sens, ça salit, ça esseule, c’est selon, c’est une sangsue ou un linceul.

En général, il faut toujours trouver une chute à un article. Ici, pour un article sur le silence, elle est toute trouvée : Chut.


Page IV
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TURENNE ET YSANDRE : L’ABSENCE ET LA PATIENCE

Nous vous le donnons en mille : Quelle est la question qu’a posé Ysandre à Turenne, lors de sa sortie de méditation profonde à l’abbaye de Noirlac ? Réponse en fin de journal.

Ysandre aurait dit, pendant la longue retraite de son promis : « Je n’ai rien contre le temps, mais par moments, j’ai de grandes envies de le tuer ».

Quant à Turenne, il n’a pas l’air pressé. Il est finalement sorti de retraite, mais ne le brusquons surtout pas. Il aurait déclaré :

« L’inconvénient avec le mot « union », c’est que quand vous le mettez au pluriel, cela fait désunion. »

« À 20 ans, on est plus amoureux qu’autre chose. À mon âge, on est plus autre chose qu’amoureux. »

« À mon âge, on n’est plus jeune, mais on peut encore être irrésistible. »

« Avant, je lui disais : Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire, j’ai vu tous les soleils venir s’y mirer, s’y jeter à mourir tous les désespérés, tes yeux sont si profonds, que j’en perds la mémoire. Maintenant, je lui crie : T’es où ?! »




Turenne en visite à Chantôme


Un mariage en prévision ? Un tel évènement risque de faire le tour des gazettes du Berry et même de France. Ysandre de Mistra semble n’attendre que cet heureux moment, alors que Turenne profite de sa vie de noble encore célibataire et fait traîner la bagatelle en longueur. Allons donc, messire Turenne, faites donc un effort. Aujourd’hui, vous dites à votre belle :

« Duchesse, vos beaux yeux me font mourir d’amour. »

Une fois mariés, vous aurez le privilège de lui susurrer à l’oreille :

« Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour. »

Ce qui est, soit dit en passant, beaucoup plus classe. Vous pourrez même le dire de la façon qu’il vous plaira le plus :

« Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour. »
« Vos beaux yeux, Marquise, me font mourir d’amour. »
« Mourir d’amour, Marquise, me font vos beaux yeux. »
« D’amour mourir, Marquise, vos yeux beaux me font. »
« Vos mourir beaux Marquise font, me amour d’yeux. »


À moins que vous ne grommeliez quelque chose d’incompréhensible.

Mais à par cela, madame la Marquise, tout va très bien…


Page V
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ENQUÊTE À NOIRLAC

Notre correspondant sur place, incognito, tonsuré et en robe de bure parmi les moines cisterciens, a découvert un ingénieux stratagème qu’ont mis en place les deux tourtereaux afin de pouvoir discrètement communiquer entre eux, et occasionnellement se voir.
Il a été constaté, au cours de la retraite de Turenne, que celui-ci consultait assidûment le seul exemplaire existant du recueil de prières Les Très Riches Heures du Duc de Berry. D’un tel titre, on eut pu croire un tas de choses, mais après investigation minutieuse, il s’avère que la vérité est bien particulière.

Turenne souhaitait être coupé de tout ce qui le rattachait du monde : les personnes, le bruit, les livres… Mais il aurait déclaré :
« Je souhaite qu’on me délivre des livres. Sauf d’un ! »

Ce livre en question était le recueil de prières Les Très Riches Heures du Duc de Berry, exposé dans la bibliothèque de l’abbaye de Noirlac. Pourquoi un tel ouvrage, me demanderez-vous ? Est-ce pour que Turenne y trouve la meilleure façon d’y découvrir la solution à la fortune spirituelle ? Où celle de devenir Duc de Berry ? D’autant plus que Turenne aurait dit, pendant sa retraite à Noirlac : « Un livre, c’est un peu comme un homme politique : il n’est rien sans l’électeur. »

Et quel lecteur ! Il s’est avéré que, si Turenne était grand lecteur de cet ouvrage, une autre personnalité bien connue de nos inconditionnels assoiffés de potins empruntait régulièrement le livre. Cette personne n’était autre que Ysandre de Mistra, Duchesse de Chantôme, qui profitait de ses régulières visites à Noirlac sujettes à son jeûne et sa confesse pour s’accaparer le livre et en dévorer les pages. Cela a quelque peu intrigué notre faux moine qui s’est penché sur l’œuvre en question.

Il a dû s’y reprendre à plusieurs fois avant d’enfin tomber, ô l’indiscret, sur un document… compromettant, que nous ne publierons pas ici, bien que cela eut pu faire les choux gras de notre édition et de nos concurrents. Le livre Les Très Riches Heures du Duc de Berry leur servait de boîte à missives, d’amour ou autre. De petits mots subrepticement glissés entre des pages convenues à l’avance leur permettait de communiquer, à l’insu de tous. Cela était certainement une activité imaginée par notre ingénieux Turenne pour faire patienter Ysandre, tout en lui faisant la cour.


                       Avril : Scène de fiançailles. - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Mai : Fête de l’amour.



Il est par ailleurs amusant de vous faire part des pages de l’ouvrage entre lesquels étaient déposés les mots doux. Les Très Riches Heures du Duc de Berry se décompose en douze chapitre, un par mois de l’année. Ainsi, le mois de janvier s’ouvre par une gravure représentant les étrennes, où le Duc de Berry reçoit les présents des gens le remerciant de sa protection. Le mois de novembre est représenté par une scène de glandée (le chapitre préféré de Turenne, soit dit en passant), où un paysan fait tomber les glands des chênes pour que ses cochons s’en repaissent. Mais les chapitre qui nous intéressent ici sont ceux d’avril et de mai. Le moi d’avril est représenté par une scène de fiançailles, et celui de mai est le mois de l’Amour. C’est précisément entre les pages de ces deux chapitres qu’étaient glissés les petits mots de nos deux amoureux énamourés. Nous vous laissons le loisir d’apprécier…



Turenne et Ysandre en pleine dévotion, à l’abbaye de Noirlac.


Page VI
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TURENNE, OU COMMENT PAYER DEUX FOIS ET DEMI SES IMPÔT EN INDEMNITÉS DE RETARD

Par une indiscrétion, notre enquêteur sur place a pu avoir accès au reçu de paiement des impôts de Turenne. Celui-ci, retraité et ne payant pas ses impôts, même sur le pouce, a été mis comme il se doit, à l’index par le maire de sa ville lors de sa sortie de l’abbaye de Noirlac.



Un bien mauvais calcul. Voulant trouver fortune à Noirlac, par le rachat de ses péchés, il a omis de vendre ses champs et échoppe, soumis à l’impôts foncier.

Lorsque nous avons questionné le maire de Saint-Aignan à ce sujet, celui-ci nous a simplement répondu :
« Je ne sais pas pourquoi, mais un percepteur est toujours mal perçu. »

Quant à Turenne, il aurait déclaré ceci :
« Avant, l’argent coulait à flots. Maintenant, j’éponge mes dettes. »

« Je trouve le maire de Saint-Aignan bien mal rémunéré. Très certainement parce qu’il est impayable. »

Remarquons qu’il aurait dû payer d’autres indemnités. L’harpagon aurait en effet pu verser, entre autres, des compensations de dommages moraux pour abandon de fiancée.
Navré Duchesse, le maire de Saint-Aignan a ponctionné votre dot. À croire que l’impertinent maire cherche à vous priver de votre mariage. Peut-être va-t-il encore falloir attendre…

Turenne, surpris quelque temps plus tard monologuant, après s’être fait vertement tancer par la Duchesse de Chantôme au sujet de la dot disparue dans le paiement des impôts :

« Au voleur ! au voleur ! à l'assassin ! au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé ma dot. Qui peut-ce être ? Qu'est-il devenu ? Où est-il ? Où se cache-t-il ? Que ferai-je pour le trouver ? Où courir ? Où ne pas courir ? N'est-il point là ? N'est-il point ici ? Qui est-ce ? Arrête. Rends-moi mon argent, coquin. (Il se prend lui-même le bras.) Ah ! c'est moi. Mon esprit est troublé, et j'ignore où je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hélas ! ma pauvre dot, ma pauvre dot, ma chère amie ! on m'a privé de toi ; et puisque tu m'es enlevée, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je n'ai plus que faire au monde : sans toi, il m'est impossible de vivre. C'en est fait, je n'en puis plus ; je me meurs, je suis mort, je suis enterré. N'y a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant ma chère dot, ou en m'apprenant qui l'a pris ? Euh ? que dites-vous ? Le maire de Saint-Aignan ?! Maraud ! Voleur ! Vendu ! […] »

La suite a été censurée à la demande de la mairie de Saint-Aignan.


Page VII
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PETITES ANNONCES

Vroqu recherche parrain pour baptême. Ducs à poulpes s’abstenir.

Turenne recherche la sortie de l’abbaye de Noirlac. Merci de la lui indiquer.

Mairie de Saint-Aignan recherche maire compétent.

Mine de fer cherche à être entretenue.

Turenne recherche dot perdue. Merci au maire de Saint-Aignan de la lui rendre.

Duché du Berry recherche liquidités. Somme le maire de Saint-Aignan de lui verser la dot, morte ou vive.



(Pour faire passer une annonce, veuillez envoyer un pigeon à Berry Match, avec 3 écus. Le texte ne doit pas faire plus de 100 caractères).


Réponse de la page V : Pourquoi t’es-tu tu, Tutu ?


©1454 - 1457 BERRY MATCH Tous droits réservés.
Citation :
[hrp]Librement inspiré, et assaisonné à la sauce RR de, entre autres :
Les Shadoks, épisode 52,
Chroniques de Vincent ROCA,
Le Bourgeois Gentilhomme, Molière,
L’Avare, Molière,
Candide, Voltaire,
Caricatures Alaindelonesques,
Les Très Riches Heures du Duc de Berry,
Gene Kelly, photos tirées du film Les trois mousquetaires.[/htp]

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://loups.iowoi.org
 

Archives : Berry Match - Mars 1457 (Berry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avec les Hospitaliers de St Jean de Jérusalem - 03 mars 1457
» [RP] Funérailles du sergent Krisk (22 mars 1457)
» {ELECTIONS DUCALES} : BERRY
» Berry Angela Chester ~ [En cours]
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine des Sidjéno - LOUPS (RR) :: La Maison Sidjéno :: La Bibliothèque-