AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Histoire : L'Histoire du Berry par Juliano Di Juliani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June

Messages : 518
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 24
Localisation : Dans la lumière du swag.
MessageSujet: Histoire : L'Histoire du Berry par Juliano Di Juliani   Ven 18 Oct 2013 - 12:00


Histoire du Berry






[Un article de Wiki des 3 ans des RR.]
(Par Juliano di Juliani, dit Juju.)


Capitale: Bourges
Villes : Sancerre, Châteauroux, Saint Aignan
Abbaye Cistercienne Saint-Arnvald de Noirlac



Sommaire


   * 1 Les Origines.
   * 2 Le Premier conseil ducal ou l'histoire des bâtisseurs du Berry.
   * 3 L'économie.
   * 4 La justice ou la création du droit coutumier.
   * 5 La meilleur des défenses est... d'inspirer la peur.
   * 6 De la position du Berry durant "la Fronde".
   * 7 Des différents Duc et des berrichons célèbres.


Les Origines.


Il était une fois au sein d'un Royaume de France composé alors de l'Artois, de la Normandie, de la Bretagne, de la Champagne et de la récente Bourgogne, l'annexion de la province du Berry.

Cette belle région fut alors colonisée avec seulement 3 villages, villages uniquement forestiers qui plus est. Sancerre, Châteauroux et St Aignan furent donc ainsi ouvert à la population.

Une foule bigarrée et assez hétéroclite vînt alors s'installer au sein de cette belle mais rude région. Nous manquions cruellement d'artisans à l'époque. De nombreux appels à la main d'œuvre furent lancés de part et d'autre du Royaume afin de recruter alors essentiellement des charpentiers et des forgerons nécessaires à l'exploitation de nos forêts. Je me rappelle bien de cette période, les marchés étaient peu remplis et les produits se vendaient à des prix qui nous paraîtraient aujourd'hui démesurés. Le pain était aux alentours de 8 écus, les légumes de 14 et la viande tournait alors entre 22 à 25 écus le morceau. Et cela se vendait ! Ce fût aussi l'époque où les spéculateurs se livraient à cœur joie à leur immonde travail, certains allant chercher de la marchandise dans de vieilles régions en grande quantité et à bas coût pour la revendre sur nos marchés avec une très léger démarque par rapport à nos coûts de vente moyens empochant ainsi des marges énormes (achat de pain à 7ecus et revente à 8 par exemple dans une région composée de nombreux vagabonds, je vous laisse calculer par vous même les profits).

Le futur Roy de France, Levan III de Normandie (il n'était pas alors oint à l'époque), nomma un duc provisoire afin de diriger cette province en attendant que le peuple désigne son duc. Volpone de Médicis, membre du PARS et juriste reconnu et émérite au sein du Royaume s'assit donc le premier sur le trône ducal. Il choisit certains de ses conseillers parmi ses amis politiques, mais pas seulement. Des gens nés en Berry également furent joint à ce premier conseil ducal. Je pense à Arnvald et Manulascience entre autres...



Le Premier conseil ducal ou l'histoire des bâtisseurs du Berry.


Duc : Volpone Bailli : Bouboule Capitaine : Le_wawa Commissaire au Commerce : Juju Connétable : Yoyoletroll Juge : Arnvald Porte-parole : Shavadon , puis Volpone Prévôt des Maréchaux : Cesarion Procureur : Viking Suppléants : LevanIII, Meth, Michel

Furent les conseillers qui eurent la rude tâche de "civiliser" cette région. Ils disposèrent pour cela uniquement de leur envies et de leur intelligence. La présence de Levan III de Normandie était uniquement justifiée par la demande de Volpone qui ainsi faisait de ses Lois des réalités inaltérables, sauf en cas de contre-signature du Roy de France.


L'économie.

Le trésor ducal partait de zéro, avec aucune marchandise en stock. Et les mairies qui elles n'eurent pas la chance d'avoir un maire rapidement, furent toutes assaillies par les rachats automatiques et tournant au alentour de -10 / -15 000 écus. Sancerre étant même allez jusqu'à -25 000 écus après plusieurs révoltes. Le jeune CAC de l'époque,JuJu, bien qu'inexpérimenté débordait d'idées affin de remonter toute l'économie du duché. et cela tournait essentiellement autour de quatre lettres : "BOIS". Plusieurs grandes campagnes de rachat des stocks de bois dormant sur les marchés furent lancées suivi d'exportation vers les régions qui étaient alors en manque de cette denrée indispensable. Cela était l'accomplissement de la première étape de son programme économique. La seconde fut d'orienter les productions de l'artisanat vers le métier de charpentier et ainsi encourager la production de sceaux, échelles, barques et autres dérivés boisicole. Produits amenant de fortes marges à leur fabriquant (à l'époque on tournant autour de 30/40 écus de bénéfice par jour pour un lvl2). parallèlement à cela, ce CAC composa au duché un stocks de marchandises afin de petit à petit orienter les prix de vente et ainsi de tirer les prix vers le bas, afin de permettre une meilleure exportation des produits en sur stock.

Le but premier étant d'amener le Berry vers une autonomie financière forte. Le marché interne devait s'auto suffire et les excédents étaient alors destinés à l'exportation grâce à des prix bas.



La justice ou la création du droit coutumier.


Nous étions à l'époque où le codex champenois venait de voir le jour. Recueil fort complet mais indigeste. les autres provinces se lançant de façon effrénée dans des pales copies de l'œuvre du Maître Caedes, tout en se gardant bien de revendiquer une quelconque parenté avec le codex. Le génie du Berry, vint de l'éminent Arnvald, avec la création d'un droit dit "coutumier". Le principe était d'une simplicité exceptionnelle ! Tout ce qui sortait de la moral de la trinité : de l'Église, de la vie communautaire et de l'éducation dispensée par un bon père de famille, étaient alors passible de sanction. Sanction laissée libre à l'appréciation du juge. Juge qui dans leurs grandes sagesse et cela depuis la création du Berry, n'abusèrent jamais de ce pouvoir quasi illimité ! La Cour d'appel nous donnant d'ailleurs raison dans les quelques dossiers qui lui furent présentés. Mais le droit coutumier est essentiellement dirigé vers les affaires de la vie quotidienne des berrichons. Pour tout ce qui sort de l'ordinaire, se fut alors le Duc Volpone qui posa les bases de nos lois écrites. La quasi totalité de ces lois ont d'ailleurs traversé les années et sont toujours en vigueur. Preuve de leur puissance et de leur justesse.


La meilleur des défenses est... d'inspirer la peur.


Les différents ducs qui se sont succédés ont toujours adhéré à cette politique sécuritaire. Le Berry est à l'époque le plus petit duché des Royaumes et pourrait donc représenter une proie facile. Une armée de métier fut alors mise en place, les effectifs étaient peu nombreux, mais suivants les règles de guerre en vigueur à Compiègne, les soldats par contre étaient extrêmement bien équipés ! Ils avaient chacun l'équivalent d'une épée et d'un bouclier. Des balistes et des murs de pierres défendaient nos villages et un énorme stock de fer brut était présent dans nos réserves. Par ailleurs, l'information, fut la clé de nos succès. De nombreuses amitiés disséminées un peu partout au sein du Royaume, permit au Berry d'avoir toujours un temps d'avance sur les autres provinces. Ceci conjugué à une volonté manifeste de neutralité, désignèrent le Berry comme un interlocuteur privilégié par les belligérants. Comme l'attestent les médiatiques "accords de Pouancé" conduit par le Duc Thierry, suite à la guerre : Poitou/Touraine contre l'Anjou. Une armée de métier parcourut également régulièrement les routes de notre province lors de l'apparition du brigandage. Les assassins et bandits de tout poils étaient alors capturés, rossés, puis passés en justice. Justice qui rendait un verdict sévère mais juste. Notre région fut rapidement réputée pour ne pas être "une terre de chasse" pour les malfrats. Quelques révoltes, bien trop nombreuses, éclatèrent le temps du premier mandat ducal. La situation fut rapidement maîtrisée et depuis de nombreuses années le Berry est désormais une terre ou il fait bon vivre.
[modifier] De la position du Berry durant "la Fronde".


Les ennemis de cette région ont racontés beaucoup d'histoire autour de la participation du Berry parmi les régions anti-royaliste. Il a été dit beaucoup de bêtises que nous allons tacher d'éliminer. Cela a commencé avec le retour du Duc Caedes en Champagne, il reprit rapidement possession de ses petites affaires la bas et tout aurait pus en rester la. Mais durant l'absence de ce grand homme, la France avait sombré dans la facilitée et le Louvre était désormais remplis de "courtisans" au sens vulgaire de ce mot. Levan III, n'avait toujours pas considéré comme utile le fait de se faire Oindre et ainsi attirer la bénédiction divine sur notre Royaume et vivait dans une certaine immoralité. On parlait beaucoup des mignons de Paris alors. Biquette fut nommé Prince durant cette période. bref tout allait à veau l'eau. Caedes demande alors à Levan III de Normandie, d'ériger des États Généraux, conformément à la Charte du Royaume et de se faire Oindre à Reims. A l'époque tout les duchés, trouvèrent que la tenue des États Généraux étaient alors une bonne idée et presque tous approuvèrent la demande du Duc de Champagne. Ce fut aussi le cas du Berry. Mais Levan entra dans une terrible colère et de cette façon très abrupte qui le caractérise tant, et décida arbitrairement, qu'il était temps de se priver d'un vassal devenus trop puissant. Puissant au point de lui faire de l'ombre... Le conflit se préparait. D'un coté, la Champagne et les régions qui la soutenait dans la demande de tenus des États Généraux. Image:Conflis1kw.png Une carte retraçant les positions de chacun avant le début des hostilités. Pour peu que l'on analyse cette carte de plus prêt, on y retrouve surtout des grands pôles d'influences qui en réalité n'avait rien à voir avec une envies de tenir des États généraux ou non. Ainsi, l'Artois, s'opposa par principe a la Champagne en espérant récupérer Compiègne. Tandis qu'au sud, Le Limousin voyait une occasion de s'agrandir sur le Berry. Mais hélas, le combat qui sur le papier semblait être en faveur du camps des partisans des États Généraux, fut complètement chamboulé par une annonce de Levan III :

  Le Duchesse de Champagne a cessé de reconnaître son souverain. Elle sera châtiée, avec l'aide de tous les peuples loyaux du Royaume.
  Si elle persiste, la Champagne sera démembrée, aux profits des seigneurs qui nous soutiendront.
  Nous nous réservons le droit de convoquer les États Généraux, au moment que nous jugerons propice
  Nous, Lévan III, Roi de France par la grâce de Dieu, fils de Lévan II, sacré à Sainte-Menehould, ordonnons la mise en détention de Tsarine, Caedes, Volpone, Alsbo, ainsi que de toute personne ayant pris fait et cause pour l'usurpateur Caedes, ou ayant appelé illégalement à la constitution des États Généraux.
                                              Fait à Paris, le 15 Janvier
  Levan III, roy de France


Ainsi que la promesse à touts les ducs et comtes en exercice qui se rallierait sous la bannière du Roy, de toucher une petite fortune, (que Paris ne disposait d'ailleurs pas et qui ne fût jamais touchée.) Bref, ce fut le moment, ou le Languedoc se déclara neutre et joua la carte de la temporisation en envoyant avec beaucoup de retard des troupes rejoindre celles de Levan. Le Bourbon Auvergne, qui avait signé via son duc TrollFarceur, la demande de tenus des EG, s'allia avec le Limousin. De même que Fnor, Duc de Touraine qui pourtant était ami à l'époque du Duc de Berry... Ils prétextèrent que le Berry voulait renverser Levan. Alors que plusieurs déclaration du Duc de Berry assurait le contraire: Levan était reconnus comme Suzerain du Royaume de France et il lui était demandé de se faire oindre affin d'attirer la bénédiction d'Aristote sur son Royaume. Il lui était aussi demandé et non exigé, de convoquer les États Généraux. Mais les rancœurs et les envies de conquêtes de quelques hommes, prirent surement le dessus. Ce fut ainsi, qu'une puissante armée composée de Trois duchés : Bourbon Auvergne, Limousin et Touraine, fit route en secret sur les terres du Berry afin de renverser le Château de Bourges et cela sans aucune déclaration allant dans ce sens. Sans aucune déclaration de guerre.

Le Peuple de Berry, s'est alors unis comme un seul homme derrière son duc, JuJu. Chacun prit ce qui put lui servir d'arme. fourche, manche de pioche, gourdin, bâton équipèrent les paysans qui se sont rapidement regroupés autour des chefs militaire du Berry. Tandis que les soldats se mettaient en manœuvre pour faire front à l'ennemi. Trois duchés contre un! le combat semblait loin d'être équitable et pourtant ce fut le petit qui gagna. D'un coté, l'obéissance à des ordres d'un homme vivant très loin et de l'autre, l'amour d'une terre. Le codeur vainc toujours... Mais hélas, la champagne ne put elle contenir de même les assauts, bien plus vigoureux et violents des troupes de Paris. Et avec l'arrestation du Duc Champenois, ce fut l'étouffement de toutes les velléités. Je voulais quand mime signaler le courage exemplaire du Duc Cardinal, de même que le peuple breton qui ne renièrent jamais leurs positions et restèrent aux cotés de la Champagne et du Berry. Contrairement à presque toutes les autres provinces.... Ce sont des personnes pour qui le mot Honneur, signifie quelques choses!



Des différents Duc et des berrichons célèbres.

  * Le premier fut donc Volpone.
    Personnage éminent au sein du Royaume de France il eut un rôle prépondérant dans la création des différentes institutions toujours en place.
    Il fut premier Pair de France, premier Duc de Berry, Cardinal de Bourges, créateur de l'hérauderie, de la justice royale de la grande prévôté et de bien d'autres choses également.



  * Le second Duc : Thierry
    A la fin de la régence de Volpone, deux listes totalement différentes s'opposèrent aux élections ducales. Une liste regroupant les personnes issues du premier conseil rajoutés de quelques membres actifs du Berry. Face à une liste composée essentiellement d'arrivistes. Valdy en était la tête de liste. (j'en parlerais un peu plus loin)
    Suite à une égalité presque parfaite aucune des deux listes n'eut vraiment l'avantage et les débats politiques de l'époque pourrirent l'ambiance et la sérénité naissante de la région.
   Ce fut finalement Thierry, second de la liste de Valdy qui fut couronné Duc du Berry.
    Il eut deux mandats relativement calmes durant lesquelles il put se consacrer au développement de la Licorne. Laissant les affaires du Berry à son conseil. (Arnvald, Turenne, JuJu, Volpone, Awacks étant là pour cela.) Son action d'éclat fut de présider les accords de Pouancé. Traité qui d'ailleurs fut la cause de la seconde guerre Anjou/Poitou. Mais ça, c'est une autre histoire.



  * Le Duc JuJu, dit le père du Berry,
Un record de 5 mandats consécutifs au poste de Duc, assurerent au Berry une stabilité remarquable. CF la fiche de JuJu


  * Le Cardinal Arnvald,  
    Voir son hagiographie : http://admin-berry.forumactif.com/t4385-hagiographie-de-saint-arnvald-saint-patron-du-berry


  * Le Marquis Turenne,
    Responsable hospitalier, conseiller en Berry, puis en Languedoc et enfin en Orléans. il est actuellement juge à la Haute cour de Justice du Royaume. C'est un personnage central de la haute diplomatie.


  * Mitch, le capitaine qui remporta la première coupe royale de soule avec l'équipe des prestigieux Remparts de Châteauroux. il fut ensuite, membre du conseil ducal sous le règne de JuJu.


  * Morpheus.
    Il fut maire de Sancerre, puis conseiller ducal sous Thierry et JuJu
    Fondateur de l'ordre du St Esprit et également ancien conseiller en Languedoc et en Alençon...



  * L'abbaye de Noirlac
    Ce n'est pas un personnage en lui même, mais pourtant bel et bien une entité très importante dans notre région. Je vous invite d'ailleurs à visiter les lieux, Abbaye Cistercienne de Noirlac.
    Son histoire remonte au début même du Berry. Le Duc Volpone fit un don de terre à Arnvald, le fondateur de l'Ordre des Cistercien. Il aida même a la pose symbolique de la première pierre de l'abbaye. JuJu, fit d'ailleurs offrir le plus beau vitrail de l'ordre, fait sur mesure par un Maitre Italien.
    Le développement moral de cette ordre connu rapidement un essor fulgurant. Proposant une contrepartie aux deux principaux ordre existant alors. Grande réussite et lieu de paix, l'ordre survécut à son fondateur, ce qui est la meilleur des preuves de sa force.




Ainsi s'achève ce qui désormais fait partie de l'histoire de notre Royaume et plus précisément de cette petite mais tellement belle région qu'est le Berry !
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout !

Auteur : Juliano Di Juliani, Duc Du Berry-Champenois.

___________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://loups.iowoi.org
 

Histoire : L'Histoire du Berry par Juliano Di Juliani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire marrente et Blaques
» Dracaufeu arrive de l'enfer
» Artémis Rose Hellsing {OK}
» 1 an déjà, youpidoulala et oustroupistache !
» Haïti - Télécommunication : La révolution NATCOM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine des Sidjéno - LOUPS (RR) :: La Maison Sidjéno :: La Bibliothèque-